Thierry Willems avec un saumon de la Purnach, Péninsule de Kola, Russie (Photo Thierry Willems)
Le Lancer Spey Snap T Cast
Inventé en Autriche, développé aux USA

Le Snap T Cast est la forme de lancer Switch qui semble en train de se répandre actuellement en Amérique du Nord. Son inventeur est pourtant Autrichien : Günter Feuerstein.

Günter était confronté à une situation particulière : un parcours de 5 à 8 mètres de large avec une bonne population d’ombres et de truites arc-en-ciel, sur lequel la pêche en marchant dans l’eau était interdite, avec aucun espace en arrière et des berges envahies de végétation. Le seul espace disponible pour lancer se trouvait au-dessus de la rivière elle-même. Comme il utilisait des nymphes assez lourdes, il craignait pour sa canne lors d’un lancer en coup droit raté. C’est en s’entraînant sur sa pelouse qu’il a trouvé un mouvement préparatoire qui résolvait ses problèmes de manque d’espace.

Pour résumer, disons que le mouvement de départ est comme pour l’Underhand Cast, avec la pointe de la canne assez haut, mais une fois la canne arrivée à mi-chemin, on décrit une boucle en l’abaissant et en la faisant repartir en avant, afin qu’elle passe sous la soie et la mouche qui sont en train de partir en amont. Une fois la mouche posée en amont, on refait le mouvement du Underhand Cast pour former la boucle en D et relancer en avant avec le même rouler aérien final du Switch Cast. Pour ceux qui pratiquent le Spey Cast, ça fait un peu bizarre, car ils ont l’habitude de lever la canne pour décoller la ligne, puis de l’abaisser dans le mouvement sur le côté avant de remonter en arrière, pour faire décoller la ligne et faire se poser la mouche un peu en amont de soi, alors qu’avec le Snap-T, la canne est amenée sur le côté pointe haute avant de l’abaisser pour repartir en avant : c’est un peu le mouvement inverse, ce qui est perturbant, mais très efficace.

Günter Feuerstein a donné à ce lancer le nom de GF pick-up cast. Il a montré ce lancer un peu partout en Europe et aux États-Unis dans les années 90. C’est Graham Anderson, de Calgary (Alberta, Canada), qui, se rendant compte de sa grande utilité avec les cannes à deux mains, a popularisé ce lancer, après avoir demandé à Günter la permission de le rebaptiser du nom plus court de Snap T, ce qui le rendrait plus facile à enseigner en Amérique du Nord. Et c’est sous ce nom qu’il est désormais connu.

Bien sûr, ce lancer, à l’origine conçu pour pêcher en Switch Cast depuis une berge encombrée, est parfaitement utilisable en marchant dans l’eau. Et s’il semble être de plus en plus utilisé, c’est qu’il est sans doute plus facile à exécuter que le Spey Cast et l’Underhand Cast, donc plus abordable pour une majorité de pêcheurs, et utilisable partout, ce qui décuple son intérêt.

Ce lancer est décrié par les puristes, tout comme l’est le Double Spey Cast, car il implique un mouvement préparatoire qualifié de bruyant. De plus, on l’utilise souvent avec une soie Skagit, qualifiée elle-même de bruyante. Oui, mais voilà, quand il n’y a pas de place pour lancer autrement, ce lancer permet de passer et de lancer très loin si besoin. C’est tout de même beaucoup mieux que de ne pas pêcher ou de se rabattre sur la pêche au lancer avec une cuiller ou un poisson nageur ! Et comme je suis confronté au même problème de devoir lancer depuis une berge encombrée de végétation, et que j’utilise une soie Skagit avec une canne Switch, je recours par endroits au Snap T et cela ne m’empêche pas de toucher des truites de mer. Ce qui fait que je pense qu’en maîtrisant le poser, cette technique ne doit pas être si bruyante que ça.

Comme le sujet est vaste et que je n'ai pas fini de tout écrire, de rassembler les photos et de composer les pages, je vous proposerai la suite dans les jours à venir.

A suivre.

Page précédente : Le Lancer Switch Cast

Retour à la Foire Aux Questions
Thierry Willems et un petit saumon pris à la mouche sur la Purnach, Péninsule de Kola, Russie (Photo Thierry Willems)

Thierry Willems et un petit saumon pris à la mouche sur la Purnach, Péninsule de Kola, Russie
(Photos Thierry Willems)